Bannière Gens Dici

À la rencontre de ...

Originaires des environs, enfants d’agriculteurs tous les deux, Émeline et Stan se sont donné le temps de la réflexion avant de revenir à leurs moutons. Stan avait découvert cet élevage, insolite sous nos latitudes, lors d’un stage de BTS mais voulait aussi voir autre chose, la mécanique, les transports, même l’usine. Émeline travaillait pour une association aidant les agriculteurs en difficulté. Lorsque Anne et François, les éleveurs des brebis, leur ont proposé de venir les rejoindre, ils ont d’abord commencé dans le cadre d’un stage de parrainage, avant de s’associer en Gaec puis, à partir de 2013, de poursuivre seuls l’aventure du Carré d’Ouailles.

 

 

Emeline Et Stanislas Lecoq Emeline Et Stanislas Lecoq
Emeline et Stanislas

« Chaque vendredi, les visiteurs peuvent participer à la traite ou découvrir notre élevage de brebis laitières ; il n’en existe que deux en Mayenne. Nous présentons nos différents fromages bio, leurs goûts, la façon dont nous les affinons en cave. Souvent, on parle cuisine, je vais conseiller un fromage plus crémeux avec telle recette, ou un autre plus sec à utiliser en salade. Nous fabriquons onze produits différents avec le lait de notre brebis. »

Ils aiment
  • LE SPORT, SURTOUT LE TRIATHLON
  • LES VACANCES FAMILIALES À VÉLO
  • LA VIE ASSOCIATIVE LOCALE

Estampille Slowlydays

UNE NOUVELLE RECETTE CHAQUE ANNÉE

Choisir la brebis au pays des grands élevages de vaches laitières n’avait rien d’évident, mais une ferme classique ne les attirait pas. C’est ce que traduit ce nom de « Carré d’Ouailles » : carré comme les quatre fondateurs du Gaec initial, et ouailles comme les brebis égarées sur le mauvais chemin… Le lait des deux traites quotidiennes est transformé à la ferme en tomme ou brebis doux (pérail) — les classiques — mais aussi en fromage frais, fromage à tartiner à l’ail et aux herbes, yaourts, beurre, brousse et même crème dessert au chocolat. « J’ai ajouté une recette chaque année et j’en inventerais encore de nouvelles si j’avais assez de place, » dit Émeline. 80% des fromages sont vendus sur les marchés de la Mayenne et à la ferme. Le reste étant distribué dans les Biocoop et les petites épiceries locales. Et quelques restaurants.

« VOIR NOS ENFANTS GRANDIR »

La ferme est exploitée en bio depuis vingt ans, quelques vaches allaitantes finissant « les restes » des brebis « nourries uniquement à l’herbe et au foin. Elles peuvent sortir une bonne partie de l’hiver et profiter de l’abri naturel des bois et bosquets. Le terrain vallonné est sableux et séchant, idéal pour les brebis. » Et pour la famille des éleveurs : « Nos trois garçons disent qu’ici, c’est le paradis. Ils sont plus passionnés par la ferme que par les maths… et n’hésitent pas à donner un coup de main. Ils font tellement la promotion de leurs petits agneaux que tous les copains de l’école débarquent au moment des agnelages. Savoir que les enfants sont fiers de ce que l’on fait, les voir grandir sur l’exploitation, être disponibles pour eux, c’est génial ! »

Les engagements d'

Emeline et Stanislas

Nous sommes producteurs engagés dans le bio et tous nos produits sont distribués localement. Le vendredi de 16h à 19h en saison, nous vous recevons pour vous faire découvrir notre élevage et visiter l’exploitation. Ces moments sont précieux pour nous aussi ! Vous avez le droit de ne pas tout savoir sur les brebis et moi, Emeline, je suis là pour ça. Vos enfants ou petits-enfants peuvent toucher les brebis, Stan les aide à les brancher pour la traite : nous aimons quand les enfants s’éclatent. La boutique ne fait pas partie de notre circuit de visite car il n’y a aucune obligation d’achat ni même de goûter le fromage surtout si vous n’aimez pas ça. C’est important pour nous de faire découvrir le bocage mayennais et ses producteurs.

Emeline et Stanislas Lecoq

Où rencontrer

Emeline et Stanislas

Leurs lieux préférés en

Mayenne
VTT près de la rivière la ColmontVTT près de la rivière la Colmont

« Tous les sentiers que l’on peut faire en VTT du côté du Bois du Tay (à Hambers, entre Mayenne et Bais), du Montaigu et du Mont-Rochard. Nous aimons beaucoup ces sites ; on s’y sent bien. »

D'autres

Gens d'ici

Suivre notre actualité