Bannière Gens Dici

À la rencontre de ...

Ces purs Normands de Seine-Maritime ont cherché dans toute la France leur maison dans la prairie. Ils l’ont trouvé sur une butte des Alpes mancelles, à Saint-Pierre-des-Nids. Cyril était chef de chantier dans les travaux publics, Florence animatrice d’ateliers manuels et artistiques. Après vingt ans de vie commune et parentale, ils se sont mariés… et ont tourné la page professionnelle. S’ils ont toujours fabriqué des sirops, des conserves, confitures, il leur restait encore beaucoup à apprendre à découvrir, pour devenir des paysans herboristes reconnus, cultivant les deux hectares autour de leur maison, pour produire, transformer et vendre des plantes naturelles.

 

 

 

Cyril Et Florence © Mayenne TourismeCyril Et Florence © Mayenne Tourisme
Cyril et Florence

« Le paysan herboriste est au carrefour du bien-être, du soin et de l’alimentaire. Il reconnaît et revendique les multiples usages des plantes, même des mauvaises herbes comme le plantain, la carotte, l’ortie… C’est aussi ce qui fait la complexité du métier puisque selon l’usage, il doit respecter des réglementations différentes. C’est un métier difficile, qui demande du temps, ne rend pas riche mais est passionnant. Il a de nouveau le vent en poupe et nous travaillons à le faire reconnaître officiellement. »

Ils aiment
  • SAVOIR VIVRE
  • SAVOIR ÊTRE
  • SAVOIR FAIRE

Estampille Slowlydays

PLANTES AROMATIQUES OU MEDICINALES ?

« Tout dépend de l’usage que l’on en fait. Une même plante, dans une soupe c’est un aromate, dans une tisane c’est un médicament, une préparation pharmaceutique. » Il faut, on l’imagine, une somme de connaissances, toujours enrichies, pour transformer les plantes les plus communes ou les plus rares, les plus domestiquées ou les plus sauvages, en produits goûteux ou en médicaments pour la « bobologie », les petits refroidissements par exemple. « Je connais le monde des plantes depuis toujours, mais quand j’ai repris mes études, je n’ai ouvert qu’une petite fenêtre sur un monde immense. »

« GARANT DE LA QUALITÉ »

Cyril a suivi la filière des PPAM, plantes à parfum, aromatiques et médicinales, dans une école agricole d’Angers, a fréquenté la faculté de pharmacie Paris Descartes, est diplômé. Son labo agréé pour travailler le végétal est déclaré à l’agence nationale de la sécurité du médicament pour son activité cosmétique : « Lorsque l’on met des produits sur le marché dans un cadre professionnel, on doit être garant de la qualité. »

SIROP DE ROSES ET CHEF ÉTOILÉ

Cyril en est convaincu : « L’apport des plantes médicinales, sans effets secondaires, est vraiment le chaînon manquant du schéma sanitaire en France. » Mais c’est d’abord par les plantes aromatiques que la brèche, ouverte par la sortie de 148 plantes du monopole pharmaceutique, va s’élargir. Les plus grands chefs sont les pionniers de cette révolution annoncée. Les sirops de rose de Damas, de nèfles ou de groseille et fleur de sureau de Saint-Pierre-des-Nids sont utilisés par Nicolas Nobis, le chef étoilé de l’Éveil des Sens à Mayenne.

DÉVELOPPER L’USAGE DES TISANES

Les produits des Plantes des Alpes Mancelles sont commercialisés lors des visites de l’exploitation (des visites de plus en plus demandées : Cyril et Florence envisage une journée Portes Ouvertes chaque mois). On les retrouve sur le marché voisin, les marchés d’été, les événements plus spécialisés, dans les petites boutiques bio des environs : « Nous avons une clientèle très réceptive car ce que nous proposons diffère de ce que l’on trouve dans les grandes surfaces ou dans les magasins bio. L’usage des tisanes est encore à développer. Peut-être aurions-nous plus de succès si nous faisions des alcools… », plaisante Cyril.

À LIRE

Signe du renouveau gustatif et gastronomique des plantes aromatiques, la parution chez Ducasse éditions, de « Infusions, terroirs des simples ». Le livre dresse le portrait des herboristes français les plus représentatifs. Cyril et Florence sont du nombre, 13 pages leur sont consacrées.

Les engagements de

Cyril et Florence

Nous faisons tout de A à Z, de la production de semence pour certaines plantes à la réalisation de sirop, tisane. Nous répondons aux cahiers des charges du syndicat de producteur national SIMPLES et de l’Agriculture Biologique. Nous récoltons les plantes à la main et cultivons de façon très diversifiée pour préserver la ressource, il nous est impossible de nous débarrasser d’un végétal en désherbant sans savoir qui il est et ce qu’il peut apporter. Nous privilégions la vente de nos produits en circuit court auprès de petites épiceries de produits bio et locaux, de restaurateurs, mais aussi sur les foires et marchés ou à la ferme… Nous aimons accueillir du monde, discuter, faire visiter notre exploitation, nous sommes tous passeurs de savoir, et, pour ne pas qu’il se perde, nous vous faisons découvrir les plantes autrement avec plein d’astuces et conseils, tel « Du bon usage des plantes qui soignent », titre d’un livre de Jacques Florentin.

Cyril et Florence

Leur lieu favori en

Mayenne
La corniche de PailLa corniche de Pail

« La Corniche de Pail, c’est un lieu atypique. J’y recueille la sève de bouleau, la bruyère, les jeunes pousses de myrtilles. En hiver, je prends des rafales de grésil et de neige là-haut, j’adore ! J’y ai amené de grands botanistes, ils étaient épatés de trouver en Mayenne cette faune et cette flore montagnardes. »

Où rencontrer

Cyril et Florence
D'autres

Gens d'ici

Suivre notre actualité