Bannière Gens Dici

À la rencontre de ...

Fille d’un couple d’historiens, Catherine Cauchois aurait pu suivre cette voie si les cours d’histoire assénés à chaque visite familiale d’un lieu de patrimoine ne l’en avaient pas dissuadée. Elle a choisi la médecine et l’ophtalmologie avec cette envie de s’occuper des autres : « l’humain avant la technique, je me suis beaucoup occupée d’enfants ». Heureusement, lui restait le souvenir ébloui d’une découverte de Pompéi  sur les pas de son père s’y mettant en scène. Heureusement (bis), elle a rencontré, puis épousé, un jeune homme qui lui a dit qu’un jour, il aurait un château et le restaurerait. Elle avait oublié, lui non. Bien des années plus tard, au retour de vacances en Turquie brillamment ratées (toute la famille malade), Xavier propose à Catherine un week-end en amoureux dans un coin de campagne où… il y a un château à vendre. Ils le visitent, ce n’est pas le bon. Mais Catherine a fait la paix avec son enfance et il n’en reste que le meilleur. Va pour un château à soigner !

 

 

 

Catherine CauchoisCatherine Cauchois
Catherine

« Depuis mon enfance, je sais qu’un lieu de patrimoine doit être ouvert, qu’il doit se partager. On ne fait pas un beau jardin que pour soi. Nous avons acheté le château des Arcis en 2003. Puis élaboré, avec paysagiste et architecte du patrimoine, un programme de travaux sur quinze ans. Nous nous sommes lancés et avons restauré les jardins, dans leur esprit Renaissance. Nous avons planté des arbres pour les voir grandir, pour semer de la beauté autour de nous. Plantes, fleurs, chevreuils, poissons de la pièce d’eau… nous avons imaginé ce jardin comme une vision de paradis, ouverte aux visiteurs. »

Elle aime
  • L'ART
  • S’OCCUPER DES AUTRES
  • LE COTÉ « THÉRAPEUTIQUE » DU JARDIN

Estampille Slowlydays

« ON A SU TOUT DE SUITE »

Restait à trouver le lieu de leur rêve désormais commun. « Nous cherchions un château accessible de la région parisienne et sur le plan financier, si possible « monument historique », avec des travaux de restauration pour lancer un projet qui nous occupe pendant quarante ans…Nous en avons vu plusieurs, mais pour nos quatre fils, nous ne voulions pas d’un territoire en perte de vitesse où il ne se passe rien. Et puis nous sommes arrivés aux Arcis, c’était le mois de mai, le château semblait à l’écart de toute civilisation, romantique à souhait, les lilas étaient en fleurs, les oiseaux chantaient…Nous nous sommes regardés et avons su tout de suite que nous étions au bout de notre périple … ! Et nous avons compris que la Mayenne vivait. Les gens rencontrés ou croisés dans la rue étaient bienveillants, ouverts, positifs, actifs sans être agités.

« NOUS AVONS CAMPÉ PENDANT UN AN »

« Nous avons acheté un salon de jardin, quelques meubles, campé pendant un an ». Xavier, homme de chiffres mais petit-fils de vigneron provençal, achète un tracteur d’occasion, « de 1967 », pour les quelques champs acquis afin d’assurer la tranquillité du lieu. Pendant plusieurs années, avant de retrouver le plan en croix du jardin carré, la famille doit réparer l’abandon, défricher, débroussailler, déroncer. Catherine se forme à bonne école (Le potager du roi à Versailles) pour soigner son jardin, le reconquérir, puis l’ouvrir, le faire connaître à une Mayenne qui l’avait oublié. Les parcours ludiques pour les enfants ou l’association du jardin et de l’art viendront plus tard. Pour enrichir le plaisir de la visite, faire partager ce bonheur de planter, entretenir, cueillir.

« UN TERRITOIRE MERVEILLEUX »

Mais on ne saurait présenter Catherine Cauchois sans évoquer son autre combat. « Nous avons découvert, peu à peu, que la Mayenne était un territoire merveilleux, mais inconnu. J’ai réalisé que son patrimoine, quelques sites publics mis à part, n’était pas suffisamment visible. Nous étions plusieurs à faire des efforts, mais chacun dans notre coin. » Bientôt déléguée départementale de La Demeure historique, membre active de l’association des Parcs et jardins des Pays de la Loire, elle va être à l’origine de « Quatre Pa(s) en Mayenne » (Patrimoine, Parcs et Jardins, Passion, Partage). L’association fédère quinze sites, publics ou privés, qui composent la Route des joyaux de la Mayenne. Quatre d’entre eux ont, à sa suite, créé des parcours de visite pour les enfants…

Les engagements de

Catherine

Nous avons créé notre jardin pour nous entourer de beauté. C’est un acte de confiance en l’avenir, l’idée qu’avec notre travail, nous embellissons et soignons la Terre. Nous respectons et favorisons la biodiversité végétale et animale en n’utilisant plus aucun produit chimique pour l’entretien ; Nous avons planté plus de 200 arbres, qui n‘étaient pas plus grand que nous. Maintenant, nous nous promenons sous leur ombre. Nous bavardons souvent avec nos visiteurs et partageons avec plaisir nos savoirs sur les plantes, les arbres et les fleurs. Pour les enfants, nous avons un parcours ludique pour leur apprendre à mieux connaître les animaux du jardin. Et bien sûr, ils ont le droit de courir sur l’herbe. Nous conseillons nos visiteurs en fonction de leurs souhaits, le plus souvent d’autres jardins, dont les propriétaires sont passionnés, et aussi les activités pour les enfants comme la visite du Mohair du Maine, du Moulin de Thévalles…

Catherine

Son lieu favori en

Mayenne
Abbaye De Clairmont OlivetAbbaye De Clairmont Olivet

« Je pourrais en citer beaucoup, mais je choisis l’abbaye de Clairmont. Il y règne un esprit particulier qui réunit à la fois le passé et l’avenir de l’homme, une présence divine ou un œil bienveillant qui veille sur nous pour le futur. On est dans le mystère, le divin, la nature aussi. C’est un très beau lieu. »

Où rencontrer

Catherine
D'autres

Gens d'ici

Suivre notre actualité